Altered Carbon (2018) VOSTFR

Altered Carbon (2018) Streaming VOSTFR
Altered Carbon (2018)Notes8.0
50min | Policier, Science fiction, Thriller | Séries TV (2018– )
De : Laeta Kalogridis
Avec : Anthony Mackie, Lela Loren, Renée Elise Goldsberry, Simone Missick, Chris Conner
Critiques spectateurs (8)
  • Naughty Dog

    Saison 2 le 27 Février !

  • Oby Han Jinn

    Pour Rome ou Spartacu ok je comprend, mais pour Altered Carbon ou Westworld la pour moi c'est de l'abus et une œuvre cinématographique na jamais eu besoin de Sexe a l'écran donc peut être tu as raison j'ai un raisonnement de vieux mais c'est ainsi que je vois les choses et les ressent, je n'ai jamais aimais voir un mec nu a la télé sans doute du a mon côté hétéro qui sait je ne sais pas mais je n'aime pas que un homme se montre nu .

  • Jo Dicaprio

    Quel dommage ! Une série se déroulant dans un univers à la Blade Runner avait tout pour ravir les amateurs de SF et pourtant...

    Le jeu des personnages est mauvais, l'intrigue sonne faux et les scènes de combats sont tout à fait inutiles la plupart du temps. Malgré son physique de cyborg, le principal principal a autant de charisme qu'une pompe à vélo, sans parler des personnages secondaires complètement insignifiants et clichés . De plus, l'immersion dans le "futur" n'est pas totalement réussie, (l'action est sensée se dérouler en 2384) alors oui on peut télécharger des consciences dans des enveloppes charnelles, mais on s'habille toujours comme en 2018, et on écoute du classique dans des soirées mondaines...

    Bref Altered Carbon est une déception, une sorte de Blade Runner bourrin à base de baston, de sexe et une intrigue à la mord-moi-le-noeud, le tout reposant sur une pseudo philosophie humaniste, sans parler des nombreuses scènes au gout de déja-vu.

    Malgré tous ces défauts, il faut quand même reconnaitre un certain esthétisme visuel qui n'est pas déplaisant, c'est peut être d'ailleurs cet aspect qui "sauve" un peu la série.

    Alors oui ça se regarde, à condition de laisser son cerveau au vestiaire !

  • Nahel C

    Des grosses barres, GoT (au moins les premières saisons) est bien mieux écrit qu'Altered Carbon.
    La narration de cette série est juste dégueulasse (dsl je trouve Altered Carbon tellement surcoté , mais la série est pas horrible non plus)

  • Coopmoi

    En tant que fiction, je l’ai trouvée globalement divertissante (malgré ses très nombreuses incohérences). Mais, une fois diverti, j’ai également été agacé par certains clichés qu’elle perpétue et amplifie.

    L’un de ces clichés est que l’allongement de la durée de vie serait globalement une mauvaise chose. Quelques chose de « pas naturel » ; quelque chose qui vous corrompt en profondeur ; quelque chose qui sera réservé aux plus riches ; etc.

    Dans le monde d’Altered Carbon, tout le monde possède une puce électronique greffée sur la nuque, qui simule et reproduit la conscience de chacun. Cette technologie, aussi connue sous le nom de « whole brain emulation », est l’une des plus vertigineuses qu’on puisse imaginer à l’heure actuelle, tant en termes d’applications que de questionnements philosophiques.

    La première chose qui surprend dans Altered Carbon, c’est la quasi-absence d’impact de cette technologie sur la vie des gens. L’univers manque tragiquement d’imagination à ce niveau : il est désespérément semblable au nôtre, avec des policiers, des éboueurs, des secrétaires, des balayeurs, des prostituées…

    La seconde chose qui surprend, c’est la suivante : bien qu’une technologie aussi radicale soit accessible à tous, une vie sans limitation de durée semble réservée aux ultra-riches. En effet, cela nécessite de pouvoir se payer des corps (« enveloppes ») de remplacement, ce qui n’est apparemment pas donné. Il y aurait donc eu un effondrement radical des coûts des technologies numériques, mais pas des biotechnologies. Étrange.

    Mais même en admettant cela (que la chair coûte toujours « cher »), la possibilité de simuler intégralement des esprits humains (à bas coût) implique au minimum qu’on puisse créer des réalités virtuelles très convaincantes (à bas coût). C’est d’ailleurs le cas dans la série. Sauf que ces réalités virtuelles ne sont pas utilisées pour offrir un cadre de vie riche et épanouissant à des esprits simulés. Non, elles sont principalement utilisées pour créer… des salles de torture et des bordels virtuels. Quel triste manque d’imagination.

    Si l’on accepte les postulats de l’univers d’Altered Carbon, il est en fait assez surprenant que l’allongement de la durée de vie soit réservé aux plus riches.

    A en croire cette série (après l’avoir vue en entier), vivre plus longtemps vous rend (en vrac) : insensible ; inhumain ; désœuvré ; décadent ; immoral ; pervers ; sadique violent ; violeur ; dépressif ; mégalomaniaque ; fou à lier ; etc.

    Difficile de brosser un tableau plus noir. Et l’on ne parle pas ici de durées de vie astronomiques, mais de quelques siècles tout au plus.

    Le leitmotiv semble être que l' »immortalité corrompt » (comme le dit un personnage). Sauf que cela n’est pas vraiment démontré dans la série : c’est essentiellement postulé, comme quelque chose allant de soi. On n’est pas ici sur le terrain de la réflexion, mais de la diabolisation un peu bête et méchante, à grands coups de caricatures.

    On retrouve également les classiques arguments essentialistes : « ce n’est pas naturel », « l’humain n’est pas fait pour ça », etc. Là encore, ce n’est pas développé, simplement asséné.

    Une science-fiction mièvre et utopique serait sans doute peu intéressante. Cependant, aujourd’hui, on observe le travers inverse : des univers homogènement sombres, dystopiques, pessimistes.

    Représenter des conséquences négatives d’une vie plus longue n’est pas un problème en soi. Ce qui est inquiétant, en revanche, c’est la quasi-absence de représentations positives d’une vie plus longue. Cela dénote un sérieux manque d’imagination, voire une complaisance dans le cynisme.

    Dans les années 60, la science-fiction rêvait d’avenir et d’exploration spatiale. Aujourd’hui, elle semble coincée dans une impasse anxiogène et nihiliste. Dénoncer des dérives possibles est une chose ; ne plus être capable d’imaginer au moins un futur technologique positif, c’est en revanche assez problématique. Surtout quand on sait que la SF est à l’origine de nombreuses vocations scientifiques. Il serait dommage de créer une génération technophobe par simple paresse créative.

  • tony p.

    futur + numérisation de l'esprit + enquête + baston = altered carbon

  • G. B

    Le background est sympa sans être super original, on a tous les ingrédients SF prévisibles, IA, ammortalité, imprimante 3D, édition génomique, enfer artificiel à la Black Mirror... seulement voilà le scénario est plat vu et revu, les dialogues sont naïfs ce qui nuit à l'immersion sauf peut être pour le grand public facilement impressionnable avec un minimum d'esprit critique (mais heureusement plus rentable.)

    Comment peut on avoir plusieurs siècles de vie et conserver des centres d’intérêts aussi puerils (une riche société mégalo et décadente WOW original !) des raisonnements absurdes et enfantins de même que des relations interpersonnelles aussi triviales.

    (SPOIL: la meuf crée le dispositif pour rendre l'être humain immortel mais s'aperçoit qu'il ne fait que le corrompre et décide donc de le condamner à revenir à une durée de vie limité pour lui donner une bonne leçon ! Bien fait ! Na ! Bref son intuition généralisé à plusieurs milliard d'individus est toute puissante SIEG HAIL ! Mais bon sans cela point de scenario à part une sordide affaire de sexe/meutre/jalousie ayant mal tournée)

    Le seul point positif reste peut-être le développement des IA sans être particulièrement développé non plus.

    Pour résumé Altered Carbon est concentré de FANSERVICE qui se révèle creux et poussif dès qu'on gratte un peu bref ça sens le commercial à 6000km à la ronde. Dans un autre registre je vous conseil Britannia, au moins les acteurs savent jouer^^

  • Munchlunique

    aprés 3 ep je reste très très mitigé!
    C'est d'une irrégularité qui force le respect!
    Indépendamment, tout peut être parfait par moment puis virer à l'amateurisme et au cheap en quelques plans.
    Les acteurs peuvent être très bien dans leurs rôles puis à d'autres virer à la tete à claque tant ils surjouent.
    Le scénario ponctué d'incohérences use de très grosses ficelles au point de tourner parfois au cliché, heureusement que l'ambiance/le contexte sont autant dépaysants et dynamiques pour le tirer vers le haut et surtout passer outre toutes ses faiblesses!
    bref je croyais me faire un bon bingewatching ce WE mais sans pour autant ne pas apprécier Altered Carbon(faut avouer que ça a quand meme de la gueule!!!^^) le visionnage sera bien plus étalé!

    2.5/5....bon allé 3/5 pour toute cette débauche artistique qui met des étoiles ds les yeux!