Pacific Rim Uprising (2018) VF

Pacific Rim Uprising (2018) Streaming VF
Pacific Rim Uprising (2018)Notes5.6
Titre original : Pacific Rim: Uprising
1h 51min | Aventure, Science fiction | 21 mars 2018
De : Steven S. DeKnight
Avec : John Boyega, Scott Eastwood, Cailee Spaeny, Rinko Kikuchi, Jing Tian
Critiques spectateurs (5)
  • mothra 3000

    Résumé, le conflit planétaire qui oppose les Kaiju,
    créatures extraterrestres, aux Jaegers, robots géants pilotés par des
    humains, n’était que la première vague d’une attaque massive contre
    l’Humanité. Jake Pentecost, un jeune pilote de Jaeger prometteur dont le
    célèbre père a sacrifié sa vie pour sauver l’Humanité des monstrueux
    Kaiju a depuis abandonné son entraînement et s’est retrouvé pris dans
    l’engrenage du milieu criminel. Mais lorsqu’une menace, encore plus
    irrésistible que la précédente, se répand dans les villes et met le
    monde à feu et à sang, Jake obtient une dernière chance de perpétuer la
    légende de son père aux côtés de sa sœur, Mako Mori – qui guide une
    courageuse génération de pilotes ayant grandi dans l’ombre de la guerre…

    La note : 7/10

    Soyons directs, ce Pacific Rim : Uprising n’a absolument
    rien à voir avec le premier opus signé Guillermo Del Toro. Si vous vous
    attendez à voir un film similaire, dans le ton et dans l’originalité,
    passez votre chemin. C’est tout naturel de comparer la suite au premier
    volet, mais le film sorti cette année cherche à s’inscrire dans un
    registre un peu différent. Là où le film de Del Toro cassait les codes
    et créait un nouveau monde en s’appropriant les images et le style des
    mangas japonais, Pacific Rim : Uprising est un pur blockbuster
    américain (et chinois), bourré d’effets spéciaux et à l’humour plutôt
    simple. Mais la bonne nouvelle, c’est que cela fonctionne, un peu comme
    le premier film de la saga Transformers.

    Le choix par les producteurs d’en confier les rênes à Steven S.
    DeKnight, novice dans la réalisation de longmétrage mais aguerri dans
    celui de construire des séries à succès (il a fait ses premiers pas aux
    côtés de Joss Whedon sur Buffy contre les vampires et a récemment
    travaillé sur Daredevil), n’est pas anodin. Pacific Rim : Uprising
    ne cache à aucun moment son rôle de point de départ à une saga. Et pour
    cela, il n’hésite pas à se construire de la même manière qu’un long
    épisode pilote en introduisant ses nouveaux personnages et de nouveaux
    enjeux. L’originalité du scénario n’est donc évidemment pas une
    priorité.

    Mais pour être honnête, un tel blockbuster ne se juge pas sur son
    originalité. Au final, malgré l’absence de ce qui faisait le charme du
    premier Pacific Rim, on ne peut pas nier la qualité de ses
    effets spéciaux. Et, de ce côté- là, le film assure. Les scènes de
    combats à grande échelle sont véritablement impressionnantes, tant dans
    la qualité de l’animation que dans la lisibilité de l’action.

    Les mouvements sont fluides et l’incrustation dans les décors réels
    est parfaitement réalisée, rendant le tout particulièrement réaliste.
    Les personnages et les acteurs sont donc finalement secondaires. Et on
    pardonnera le jeu un peu fade des seconds rôles. John Boyega, lui,
    assure une nouvelle fois et montre qu’il est aussi à l’aise dans
    l’action que la comédie. Un style qui rappelle très clairement un
    certain Will Smith…

    Au final, ce Pacific Rim : Uprising est un bon gros
    divertissement à voir entre potes ou entre amis, sans trop se prendre la
    tête avec un scénario compliqué. Une vraie bonne surprise.

  • Walter Mouse

    On ne pouvait rêver meilleur exemple pour illustrer la capitalisation d'un genre réinventé par un auteur exigent puis récupéré à des fins mercantiles par les studios pour se faire plein de gros sous-sous. Pacific Rim : Uprising fait tellement les pires choix possibles pour succéder au film de Del Toro que ça en est aberrant. Le 1:85, qui permettait de mettre en valeur le gigantisme des machines, est remplacé par un Cinémascope obligeant Steven S. DeKnight à filmer les robots à distance, comme des Power Rangers. Le yes-man cité n'a aucune notion de l'espace, aucune ambition visuelle, les combats se déroulent quasi-systématiquement de jour, dans des villes désertes, les bases militaires sont ridiculement petites par rapport aux hangars du premier film, les protagonistes qui ont été gardés sont traités comme de la merde, les scientifiques font de l'overacting à la Transformers, les scénaristes prennent soin de donner des noms et des spécialités aux colosses en ferraille (et à leurs ennemis tant qu'à faire) dans l'espoir que les jeunots se pressent d'acheter les figurines, Lorne Balfe réarrange le super Main Title de Ramin Djawadi, ou le massacre plutôt, les acteurs mûrs cèdent leurs places à des blancs-bec qui se font des disputes de maternelles et la dernière scène nous promet une connerie dans la veine d'Independance Day : Resurgence, au cas où la Chine sera assez gentille pour que des suites voient le jour. Un pilote de série TV camouflé emmerdant et fainéant.

  • Celui-Au-Dessus-De-Tout

    Alors toi tu craches sur Star Wars 8 comme si c'était un nanar mais t'aime Pacific Rim Uprising .... Ok j'ai compris ....Ouch

  • Naughty Dog

    Bon bein c'était très moyen :D

    concrètement on a une suite honnête en terme d'utilisation de l'univers créé par Del Toro pour le 1er film. ça se traduit notamment par le fait que le film condense des éléments que Del Toro lui-même avait prévu pour cetet suite, c'est-à-dire le personnage de Jake Pentecost, de la nouvelle génération de pilotes de Jaegers, les combats Jaegers vs Jaegers, le Mega Kaiju et 2 autres surprises que je ne spoilerai pas

    Le début du film est bien, on ne refait un topo sur les évènements d 1er, et on nous détaille le monde 10 ans plus tard, coment il a évolué, tout en nous présentant les 2 personnages principaux du film (qui sont pour la grande force de ce Pacific Rim Uprising)

    John Boyega est très bon, plein de charisme (on retrouve me^me un peu du perso qu'il jouait dans Attack the Block), et son duo avec Amara (Caelee Spaeny, une ptite nouvelle qui est uen future actrice à suivre sans doute) fait mouche, y a une alchimie et le film est plaisant à suivre quand on les voit ensemble à l'écran.
    Steven S. DeKnight est d'ailleurs particulièrement bon quand il décide de se poser et de nous faire accéder aux introspections, doutes et peurs de nos 2 héros.

    Scott Eastwood est relativement bien dans son rôle, mais là encore totalement anecdotique finalement, et étant donné qu'il "remplace" la fonction que Charlie Hunnam aurait eu,ça laisse songeur sur ce qu'un duo Boyega-Hunnam aurait eu sous la direction de Del Toro

    Malheureusement...bah tous les autres personnages sont lisses au possible, et le film manque vraiment le coche de bien les caractériser et surtout de bien les utiliser.
    Mis à part le retour de Gotlieb (qui est fidèle à son rôle dans le 1er,pas de souci de ce côté) et de Mako Mori (peu de temps à l'écran,mais de bonnes apparitions) bein on est typiquement dans des personnages issus d'un blockbuster commercial écrit avec les pieds.

    Jing Tian est encore plus mal utilisée que dans La Grande Muraille ou Kong Skull Island (sauf vers la fin du film)

    Voir des recrues se former à la fonction de pilotes aurait pu avoir un ptit côté Starship Troopers ou Robotech, il n'en est rien malgré la légère volonté de rendre ces persos secondaires sympathiques et pertinents.

    Je vais passer à Newt (joué par Charlie Day) qui dispose d'un traitement certes original (que Del Toro avait prévu) mais c'est tellement montré de manière tirée par les cheveux et interprêtée de manière over-the-top (sans compter des dialogues bien cheesy) qu'on ne peut s'empêcher d'être embarassé ou au mieux de se bidonner.

    Passé tout ça, la production design est plutôt correcte avec des décors dans la droite lignée du précédent (mais 10 ans plus tard)

    une volonté de présenter le monde et les corporations fabriquantes de Jaegers qui est plutôt bonne et une narration qui est certes rythmée, mais qui pour le coup manque de l'ambition du premier fil met surtout d'un vrai sentiment de menace.

    Menace et enjeux qui apparaissent vraiment qu'au moment du dernier tiers du film.

    Avant cela lescombats sont plutôt sympas (sans décrochés la rétine ou être incroybalement mis en scènes)et surtout les FX sont plutôt solides

    à part les 2 persos principaux, on sent que ce qui intéresse le réal est la grosse castagne, et de ce côté là tout fan de mechas sera content : ça iconise à mort, ça prend la pose, chaque Jaeger est bien utilisé et a me^me des armes spéciales

    l'assaut final est assez jouissif, bien qu'assez redondant par le fait que tout cela aurait eu + d'impact si distillé de manière convenable tout au long du film.

    l'OST de Lorne Balfe est tantôt anecdotique, tantôt franchement bonen et épique (surtout dans le combat final)

    Le film se finit en 2 temps-trois mouvements ensuite, avant de se conclure sur une réplique bien cheesy annonçant une suite.

    FIN

    Bref c'est pas terrible terrible selon moi, malgré quelques bons éléments et le fait que finalement on ne s'ennuie pas beaucoup

    2/5

    PS : c'est marrant mais ce que j'ai trouvé d'assez ludique est de voir certains acteurs de Spartacus (par DeKnight) présents par-ci et par-là dans le film :)

  • Naughty Dog

    perso j'ai préféré Power Rangers à ce Pacific Rim ^^ (enfin bien sûr en terme de combatPacific Rim Uprising estsupérieur)