Le 15h17 pour Paris (2018) VOSTFR

Le 15h17 pour Paris (2018) Streaming VOSTFR
Le 15h17 pour Paris (2018)Notes5.3
Titre original : The 15:17 to Paris
1h 34min | Drame, Thriller | 02 février 2018
De : Clint Eastwood
Avec : Spencer Stone, Anthony Sadler, Alek Skarlatos, Jenna Fischer, Judy Greer
Critiques spectateurs (8)
  • Raw Moon Show

    Je crois que là où le film est bel et bien un film d'Eastwood c'est dans cette volonté de mettre en valeur des petits évènements en apparence négatifs qui s'entremêlent silencieusement pour faire ensemble pleinement sens le jour J dans nos vies. Je veux dire que c'est d'abord un acte de désobéissance qui sauve Spencer et tous les gens présents dans ce train. Désobéissance à un ordre et une foi qu'on a voulu lui imposer dans cette école à caractère religieux durant sa jeunesse. Ce refus de rentrer dans le rang qui se révèle être une chance dans ce train de 15h17 quand sa prof à l'école le vivait comme un tare (évocation de traitements médicamenteux à lui administrer pour le ramener à un comportement plus acceptable, un juste milieu, une forme de reniement de ce qu'on est fondamentalement), désobéissance à l'inéluctable qui veut qu'on se planque derrière un fauteuil en attendant qu'on nous tire comme des lapins effrayés. Sortir du cadre c'est qui le sauve après l'avoir handicapé durant des années (ses retards pendant ses classes militaires et les pompes en punition façon Full Metal Jacket ou le coup de folie pendant une alerte lorsque n'écoutant que son intuition, stylo bille à la main contre la porte, il se prépare à un hypothétique assaut). Pendant le climax, je repense évidemment à sa vocation contrariée pour un déficit d'évaluation de la profondeur de champ. Comme celle qui le sépare du fusil d'assaut lorsqu'il se lance à corps perdu sur l'assaillant ? Sûrement, bien sûr que ce qui fut rédhibitoire à l'examen lui est salvateur au moment d'apprécier le temps qui le sépare de l'impact avec le tueur lors de son rush désespéré. Tous ces petits éléments s'ajoutant à son rêve de toujours de "sauver des vies", d'être un héros, d'être dans l'action, de refuser la fatalité trouvent un sens aigu dans son comportement presque sacrificiel... En cela, le 15h17 pour Paris a beaucoup à voir avec Hereafter (Au-delà) dans le message qu'il fait passer. Tous deux sont pas si dénués d'intérêt que ça. Bien au contraire...

  • cocolapinfr

    Comme d'habitude le public français anti-américain, curieusement fruitvale station a été mieux apprécié du public, c'est pourtant la même démarche mais en bien plus ennuyeux. Le 15h17 pour Paris est un film qui raconte une histoire simple mais vraie. Une belle histoire.

  • hocinebouharoun

    Le 15h17 pour Paris ne fait pas partie des meilleurs films de Clint Eastwood.
    C'est un constat quasi unanime.
    Beaucoup même n'ont pas hésité à le considérer comme son plus mauvais film.
    Le scénario est le gros point faible: cela se voit surtout dans les séquences des vacances en Europe.
    La partie américaine sur l'enfance et l'adolescence des protagonistes, sans être transcendante ni extraordinaire, est somme toute correcte.
    La séquence du fait divers dans le train est très brève et plutôt bien tournée.
    A l'arrivée, on a un film très inégal, qui rejoindra sans doute des films comme
    Au-Delà, Firefox, La Sanction ou La Relève, dans la liste des films mal-aimés de Clint Eastwood. Cela dit, Le 15h17 pour Paris est loin d'être le gros navet que l'on annonce un peu partout dans la presse et sur internet.
    De plus, c'est un film qui s'inscrit aisément dans la filmographie de Clint Eastwood, n'en déplaise à certains.
    Il a volontairement engagé les vraies personnes qui n'ont aucune expérience dans le cinéma et qui n'ont pas pris de cours d'art dramatique pour le film.
    Il ne voulait pas faire un film hollywoodien.
    Contrairement à American Sniper et Sully, qui sont portés par de grandes vedettes, rien de tout cela ici.
    Si sa démarche est perçue comme vaine et contre-productive par beaucoup, elle n'en demeure pas moins audacieuse. Cela reflète le statut particulier de Clint Eastwood dans l'industrie hollywoodienne. Je suppose que beaucoup de cadres de la Warner ont dû secrètement grincer des dents lorsqu'ils ont appris ce choix surprenant. C'est presque un film expérimental à ce niveau.
    Même si ce film lui permet encore d'aborder le thème du héros, victime de son destin, on peut s'interroger sur les raisons qui l'ont conduit à entreprendre ce film. D'autant plus qu'il avait un autre projet en développement, Impossible Odds, qui est également tiré de faits réels. Peut-être qu'il n'était tout simplement pas prêt.
    Ce projet, peut-être que ce sera d'ailleurs son prochain film.
    A moins qu'il l'ait définitivement abandonné.
    On parle aussi d'un autre projet, The Mule, qui lui permettrait de revenir en tant qu'acteur.
    Clint Eastwood tourne beaucoup de films: tous ne peuvent pas être du même niveau. Le 15h17 pour Paris ne perdra pas d'argent, à défaut d'en gagner.
    La Warner a d'ores et déjà planifié un film d'Eastwood pour 2019: reste à savoir quel sera ce film.

  • hocinebouharoun

    Je ne pense pas que Clint Eastwood est en fin de course.
    Il a fait Le 15h17 pour Paris avec les moyens, le scénario et l'histoire qu'il avait.
    Il a fait le choix délibéré de prendre les vrais protagonistes pour jouer leurs propres rôles, se privant d'une grande performance d'acteur.
    Peut-être aussi qu'il a fait ce film car un autre projet potentiel n'était pas prêt:
    je fais allusion à Impossible Odds, qu'il était censé faire après Sully.
    D'ailleurs, je ne sais pas si ce projet est définitivement abandonné.
    Tout au long de sa carrière, Clint Eastwood a fait des films considérés par certains comme mineurs. Cela ne l'a pas empêché d'aller de l'avant et de faire d'autres films.

    Quels sont ces films considérés, à tort ou à raison, comme mineurs ?
    La Sanction, L'Epreuve de Force, Firefox, Sudden Impact, Le Maître de Guerre, La Relève, Les Pleins Pouvoirs, Minuit dans le Jardin du Bien et du Mal,
    Jugé Coupable, Space Cowboys, Créance de Sang, Invictus, Au-Delà, J.Edgar, Jersey Boys et Le 15h17 pour Paris.

    Parmi ces films, beaucoup sont des véhicules pour l'acteur: La Sanction, L'Epreuve de Force, Firefox, Sudden Impact, Le Maître de Guerre, La Relève, Les Pleins Pouvoirs, Jugé Coupable, Space Cowboys et Créance de Sang.
    La plupart des autres films semblent des films atypiques pour Clint Eastwood, sortant de son univers habituel.
    Pourtant, à y regarder de plus près, beaucoup de qualités se dégagent de ces films catalogués comme mineurs.
    Tous nous disent quelque chose sur le cinéma de Clint Eastwood.
    La touche Eastwood est omniprésente. C'est valable pour Le 15h17 pour Paris.

    Clint Eastwood a une carrière pour le moins éclectique:
    Après La Sanction, il a fait Josey Wales Hors-la-Loi.
    Après Firefox, Honkytonk Man.
    Après Le Maître de Guerre, Bird.
    Après La Relève, Impitoyable.
    Après Créance de Sang, Mystic River.
    Après Jersey Boys, American Sniper.
    Ce que je veux dire, c'est qu'après des films dits mineurs, il lui est arrivé de faire de très bons films voire des chefs d'oeuvre.

    La Warner a sans doute décidé de sortir Le 15h17 pour Paris en février 2018 au lieu de décembre 2017 car elle a dû s'apercevoir qu'il n'avait pas le profil pour les Oscars. Au box-office US, le film ne devrait pas non plus faire des merveilles et devrait rapporter suffisamment d'argent pour ne pas en perdre.

  • hocinebouharoun

    C'est un film que je qualifierais d'expérimental pour Clint Eastwood.
    Je ne le compte pas parmi ses meilleurs même si j'ai pu l'apprécier.
    Il s'inscrit dans la lignée d'American Sniper et de Sully, sur le plan thématique.
    Ces deux films étant beaucoup plus réussis que Le 15h17 pour Paris.
    La différence est qu'il n'y a pas de performance d'acteur dans Le 15h17 pour Paris, et pour cause: les protagonistes ne sont pas des acteurs professionnels.
    Le scénario du 15h17 pour Paris est très mince aussi.
    Il semblerait que certains dialogues étaient improvisés.
    Le film est un hommage aux personnes qui ont contribué à éviter le pire.

    Parfois, le film me fait penser à Au-Delà, surtout pour les scènes tournées en Europe. Spencer Stone, se posant des questions existentielles, me fait penser au personnage de Cécile de France.

    Clint Eastwood reste un grand conteur d'histoires et la fluidité du récit fait que je n'ai pas vu le temps passer. L'ensemble est tourné avec une grande simplicité. Le film aurait coûté 30 millions de dollars, soit deux fois moins que Sully ou American Sniper.

    Je suis curieux de savoir quel sera le prochain projet de Clint Eastwood.
    Son dernier véritable chef d'oeuvre reste Lettres d'Iwo Jima.

  • Walter Mouse

    La dernière fois que Clint Eastwood a connu un si mauvais accueil, cela doit remonter à Au-Delà où des divergences avaient commencé à apparaître parmi ses fans. Le 15h17 pour Paris est-il lui aussi victime d'un lynchage excessif? En partie mais pas entièrement. La première moitié est franchement bonne, tous les sujets chers au cinéaste sont réemployés avec justesse entre la chrétienté (élément-clé poussant l'un des californiens à croire en un futur tracé), l'encadrement américain (l'apprentissage rigoureux dans les écoles) ou le rapport enfant/adulte (la banalisation des armes produites à la chaîne pour des jouets, la petite simulation de bataille dans la forêt est à ce titre très maligne, filmant les jeunes comme de vrais militaires). Avoir embaucher les personnes qui ont empêché l'attentat pour jouer leurs propres rôles était risqué mais fait gagner en authenticité au film, ces héros restent humbles y compris devant une caméra. Ce qui plombe l'ensemble c'est l'attaque du train. On reste sceptique devant la décision d'Eastwood d'amorcer la séquence par 3 avancées dans le temps (placées dans un ordre confus) alors que l'amener sans préparation aurait été plus en accord avec l'idée de prédestination et l'image du terroriste, ridicule comme pas possible (regard noir dans le miroir, respiration de robot), sabote la confrontation. L'instant a du mal à passer pour le point culminant de tout un processus tant il a été mal imbriqué. Ainsi, la fin arrive de façon soudaine comme pour conclure un récit inachevé. En résulte un biopic manchot mais intéressant.

  • Max Rockatansky79

    Bah il est pas arrivé le 15h17 pour Paris avec la pagaille qu’il y a à Gare du Nord

  • hocinebouharoun

    Oui, Le 15h17 pour Paris sera sans doute proche de Sully.
    Même au niveau de la durée.
    La question que je me pose c'est si le public sera intéressé par ce film qui ne comporte pas de véritables stars, contrairement à Sully et American Sniper.
    L'histoire suffira-t-elle à donner envie aux gens d'aller le voir en salles ?
    Sans parler du fait qu'il sortira le même jour qu'un concurrent sérieux même si ce n'est pas le même type de public visé: Cinquantes Nuances Plus Claires, le troisième et, semble-t-il, dernier film de la franchise.