Au Revoir Là-haut (2017) VF

Au Revoir Là-haut (2017) Streaming VF
Au Revoir Là-haut (2017)Notes7.5
Titre original : See You Up There
1h 53min | Comédie dramatique | 25 octobre 2017
De : Albert Dupontel
Avec : Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte, Niels Arestrup, Emilie Dequenne
Critiques spectateurs (10)
  • Pierre C.

    Surtout s'il accepte d'adapter les deux suites du roman Au revoir là-haut, dont la première s'intitule Couleurs de l'incendie.

  • Pierre C.

    J'ai vu ses précédents longs-métrages après avoir revu Au revoir là-haut, et ça m'a permis de comprendre pourquoi il était l'homme parfait pour adapter cette histoire : les personnages.

    Toute sa filmographie en tant que réalisateur parle de gens qui ne se sentent plus adaptés à la société dans laquelle ils vivent. Soit exactement ce que l'on retrouve dans le roman à l'origine du film.

  • AM11

    "Au revoir là-haut" est un beau film d'après-guerre, un mélodrame touchant qui visuellement est impressionnant. On était déjà prévenu avec cette sublime affiche, mais ce que propose Dupontel sur le plan visuel est très fort presque inédit. Que ce soit la reproduction d'époque ambitieuse, les superbes costumes et décors, tous les "personnages" loufoques d'Édouard ou encore la mise en valeur de toutes ces couleurs, c'est une vraie réussite. La direction artistique est le gros point fort de ce film. L'histoire qui parle de renaissance, de pardon, mais aussi des arnaques d'après-guerre dégage beaucoup de poésie et de force. S'il est question d'arnaque, c'est bien le portrait de ces deux hommes brisés par la Première Guerre mondiale qui est important. C'est un beau et bon film avec une belle histoire qui telle une fable est joliment racontée avec humour et émotion, et qui est porté par un super casting. 3,5/5

  • Kao-BB

    Euh j'ai pas tout saisi de ton message là :/ Pour ce qui est d'Au revoir là-haut au contraire je pense qu'il risque de glaner beaucoup de récompenses (déjà rien que des Césars techniques comme celui des meilleurs costumes lui semble servi sur un plateau d'argent).

    Ensuite il est vrai qu'on est pas à l'abri de (mauvaises?) surprises. En tout cas j'espère des récompenses pour le film de Dupontel, 120BPM, Le Redoutable ou encore Grave !

  • dehard

    Mes envies Césars 2018 pour Au revoir là-haut :
    - Meilleur scénario : adaptation
    - Niels Arestrup : second rôle masculin
    - Meilleure musique
    - Meilleur son
    - Meilleur montage
    - Meilleurs costumes ; et mention spéciale aux masques de Cécile Krestchmar !

    Et vous ?

  • Nathalie V.
    Renversant est le premier mot qui me soit venu pour qualifier Au revoir là-haut. A.Dupontel a signé un film exceptionnel tant par l'histoire que par l'interprétation de chaque comédien et comédienne. Ils étaient juste dans leur rôle. Coup de chapeau à tous mais dans mon top five, je mets Nahuel Perez en 1er qui est excellent et quel regard expressif ! ensuite Albert Dupontel, Laurent Lafitte, Heloise Balster et Emilie Dequenne. Mention spéciale à messieurs Arestrup et Vuillermoz. La reconstruction historique de cette époque après guerre est effrayante de vérité. Je recommande ce film.
  • sucre de pomme
    Il y a pas mal de libertés dans l'adaptation de ce très beau roman au cinéma, qui m'ont plus ou moins plu, et forcément c'est moins riche, les caractères de chaque protagoniste sont juste ébauchés. Cependant le film n'en est pas moins très émouvant et la mise en scène vraiment superbe, à commencer par le réalisme de l'enfer des tranchées et la représentation du noir destin de ces jeunes qui ont perdu leur précieuse vie, ou sont revenus détruits avec des gueules grotesques. Puis il y a les acteurs géniaux, avec Édouard (Nahuel Perez Biscayart, une révélation) et son regard poignant, Albert (A.Dupontel) et sa fragilité écorchée, le lieutenant Pradelle (L.Laffite) en ordure militaire et civile, et Louise (Eloise Balster) en fillette mutine. Difficile parfois de retenir ses larmes, c'est très triste. Enfin la reconstitution du Paris de l'époque, les costumes, et les fameux masques, sont juste magnifiques. Il manque au début le prologue du livre, l'extrait de la lettre du soldat qui a inspiré le titre de son roman à Pierre Lemaître. La voici : "Je te donne rendez-vous au ciel où j'espère que Dieu nous réunira. Au revoir là-haut, chère épouse"(Jean Blanchard fut fusillé en 1914 pour abandon de poste)
  • CH1218
    Après avoir lu et adoré le roman de Pierre Lemaître, je me suis laissé tenter par l’adaptation qu’en a fait Albert Dupontel. Bien que le sentiment que l’on puisse éprouver à la lecture du Prix Goncourt 2013 n’a plus nécessairement la même résonnance une fois que l’on en connaît le déroulement, j’ai été agréablement surpris de m’être laissé à nouveau et aussi facilement embarquer par ce que j’ai vu à l’écran. De l’horreur des tranchées à l’escroquerie mise en place par ces deux poilus laissés-pour-compte, le réalisateur a réussi, au-delà des indéniables qualités techniques du film, à garder plus ou moins intactes l’âme, la poésie, l'humour et les émotions du récit. De Laurent Laffite à Niels Arestrup, en passant par la jeune Héloïse Balster ainsi que la courte participation de Michel Vuillermoz, la pièce maitresse du casting de « Au Revoir Là-Haut » a pour nom Nahuel Perez Biscayart. Privé de la parole derrière les masques portés par son personnage à la gueule cassée, cet acteur, que je ne connaissais pas, m’a fait une très forte impression. Comme le film d’ailleurs.
  • Le cinéphile
    Au revoir là-haut est une œuvre ambitieuse, un film généreux, spontané et fourni. Parfois fatiguant, le long métrage décris une histoire passionnante, ponctué de dialogues intelligents, jusqu’à son final touchant. Les masques sont absolument somptueux, tandis que Dupontel signe un film très ambitieux.http://www.critique-film.fr/critique-au-revoir-la-haut/
  • Jean-luc G
    Au revoir là-haut, est un très grand roman. Depuis longtemps, je pense que Dupontel n'est pas reconnu à sa juste valeur, et que son caractère déjanté cache une vraie sensibilité et une profonde humanité. Comme acteur, il l'avait déjà montré dans Deux jours à tuer ou l'ennemi intime. Si je crains parfois les succès "annoncés" et les effets de mode, j'ai apprécié au plus point la rencontre du roman et de l'homme Dupontel. Un résultat au-delà de mes espérances. Années folles après guerre de plomb, tout pour en faire un film très moderne. Laissons- le vieillir pour confirmer qu'il s'agit là d'une oeuvre majeure qui restera dans le patrimoine cinématographique. Ce que j'espère vivement.Ciné - octobre 2017