Alpha (2018) VOSTFR

Alpha (2018) Streaming VOSTFR
Alpha (2018)Notes6.7
1h 37min | Aventure, Drame | 17 août 2018
De : Albert Hughes
Avec : Kodi Smit-McPhee, Jóhannes Haukur Jóhannesson, Marcin Kowalczyk, Jens Hultén, Natassia Malthe
Critiques spectateurs (5)
  • Julien R.

    Pu**** baser un film sur une énième bêtise comme celle de la théorie du mal alpha dans une meute de loup ça montre déjà le niveau..

  • 3azzy

    Un film sympa, visuel agréable , à regarder d'un œil rêveur d'enfant, et pas avec un œil de scientifique historien , Alpha n'est pas l'odyssée de l'espèce, il s'agit d'une fiction qui se place dans un contexte préhistorique pour nous raconter l'amitié inédite entre un jeune homme et un loup. Un film qui pour moi correspond à ce que l'on peut en attendre après avoir lu le synopsis.

  • LeBret

    Beaucoup de commentaires font mention d’incohérences historiques (dont le votre) et je ne suis pas du tout d’accord avec cette affirmation, bien au contraire.

    Je trouve que le film fait particulièrement attention à la vraisemblance historique.

    Quiconque connait un peu le paléolithique supérieur reconnait très vite l’épigravettien oriental (les cabanes en os et défense de mammouth sont typiques). Les pierres taillées qu’on peut voir correspondent parfaitement à cette époque (pointe cranté) sauf peut-être les feuilles de laurier que l’on voit lors de l’examen de taille; elles sont solutréennes mais sont de la même époque.

    Quand aux vêtements ils correspondent à ceux reconstitués par les préhistoriens d’après la tombe de l’homme de Sungir (10 000 ans avant l’époque du film)… en nettement moins luxueux ! Les originaux étaient décorés de quelques 13000 perles en ivoire de mammouth qui ont demandé 10 000 heures de travail : ce n’est pas pour les coudre (car l’aiguille à chas existe depuis 50 000 ans) sur une fourrure mal tannée et coupé à la va-vite.

    Même les paysages ressemblent à ce qu’on connait de l’environnement de l’épigravettien : un froid intense et sec, pratiquement pas d’arbres, une faune de grands herbivores dispersés amenant ces hommes à pratiquer des chasses de plusieurs semaines jusqu’à plusieurs centaines de km de leur habitat.

    Il y a certes quelques éléments que la paléontologie ne peut pas (encore?) démontrer : les cairns, les tatouages, les traineaux (dont parle le chef de l’autre clan après la chasse), le filet de pêche… Mais aucun n’est invraisemblables d’après ce qu’on sait actuellement.

    En fait il n’y a que la technique de chasse qui ne colle pas. C’est au 19ème siècle qu’on a imaginé que les hommes préhistoriques précipitaient les gros gibiers du haut d’une falaise (après la découverte du site de Solutré). Cette hypothèse a depuis été complément invalidée.

    Concernant le langage, bien sûr ils ne parlaient pas français ou anglais. Mais Jules César ou Néron non plus et personne ne se plaint que les péplums ne sont pas en latin. Je trouve que c’est un bonne idée, car à force de coller des grognement dans la bouche des hommes préhistoriques on les fait passer pour des crétins (ce qu’ils n’étaient pas) et on les cantonne aux images d’Épinal type « la Guerre du feu ». (C’est certes un bien meilleur film qu’Alpha, mais historiquement c’est n’importe quoi).

  • BestPseudoEver

    Les images sont belles.
    Mais le héros n'est pas crédible.
    C'est souvent n'importe quoi dans ce long métrage.
    Il m'a été impossible de rester réellement accrocher au film à cause du contexte d'époque qui n'a pas été respecté.
    Au moins dans le film 10000 BC ça part tellement en cacahouète que l'époque où ce situe le film n'a plus d'importance et le divertissement prend le dessus sur tout le reste.
    Alpha privilégie les émotions "nobles" & poétiques avec un semblant de réalisme mais c'est très loin d'être réaliste dans ce film aussi aseptisé qu'un dessin animé made in Disney.

  • Albert O.

    Pour une fois j'ai vu ce film :"Alpha " j'ai trouvé que les etres humains avaient d'autres préoccupations que le travail et l'argent,ils chassaient pour la nourriture et ils s'occupaient comme ils pouvaient. Ils n'avaient pas les mêmes problèmes que nous aujourd'hui